Journée européenne contre la traite des êtres humains

ParLéa

Journée européenne contre la traite des êtres humains

Les EACP luttent contre la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle depuis 1956.

En cette journée du 18 octobre 2018, nous partageons un état des lieux de l’exploitation sexuelle en France, dont le nombre de victimes est souvent sous-estimé du fait de la clandestinité des réseaux de traite.

Ce compte-rendu vise à combattre les idées reçues et donner de la visibilité aux victimes de cette exploitation.

Qu’est-ce que la traite des êtres humains ?

La Traite des Êtres Humains (TEH) a été définie par le Protocole de Palerme en 2000 à son article 3.a:

“L’expression “traite des personnes” désigne le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil de personnes, par la menace de recours ou le recours à la force ou à d’autres formes de contrainte, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité, ou par l’offre ou l’acceptation de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre aux fins d’exploitation. L’exploitation comprend, au minimum, l’exploitation de la prostitution d’autrui ou d’autres formes d’exploitation sexuelle, le travail ou les services forcés, l’esclavage ou les pratiques analogues à l’esclavage, la servitude ou le prélèvement d’organes;”
Source: Schéma inspiré par celui de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH),  Rapport sur la lutte contre la traite et l’exploitation des êtres humains, Les essentiels, année 2015.

Afin de renforcer les efforts des pays européens visant à lutter contre la TEH, l’Union européenne a adopté une Directive concernant la prévention de la traite des êtres humains et la lutte contre ce phénomène ainsi que la protection des victimes (2011) ainsi qu’une Stratégie de l’UE en vue de l’éradication de la traite des êtres humains pour la période 2012-2016 (2012).

En France, la TEH est définie par l’Article 225-4-1 du Code pénal :

Le fait, en échange d’une rémunération ou de tout autre avantage ou d’une promesse de rémunération ou d’avantage, de recruter une personne, de la transporter, de la transférer, de l’héberger ou de l’accueillir, pour la mettre à sa disposition ou à la disposition d’un tiers, même non identifié, afin soit de permettre la commission contre cette personne des infractions de proxénétisme, d’agression ou d’atteintes sexuelles, d’exploitation de la mendicité, de conditions de travail ou d’hébergement contraires à sa dignité, soit de contraindre cette personne à commettre tout crime ou délit.
La traite des êtres humains est punie de sept ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende.

L’exploitation sexuelle est la forme d’exploitation la plus répandue en France, sur 1857 victimes de traite en France, 1366 sont des victimes d’exploitation sexuelle.

Source: Grand Angle n° 48 – Les victimes de traite des êtres humains suivies par les associations en France en 2016, juin 2018, p. 6

La grande majorité sont des femmes, elles représentent 95% des victimes d’exploitation sexuelle en France. De celles-ci, 72% sont des femmes Nigérianes – en effet les réseaux Nigérians représentent actuellement le plus large réseau d’exploitation sexuelle en France.

Source: Grand Angle n° 48 – Les victimes de traite des êtres humains suivies par les associations en France en 2016, juin 2018, p. 6

 

78% des victimes de proxénétisme sont majeures en France, la plupart ont toutefois moins de 30 ans.

Source: Grand Angle n° 48 – Les victimes de traite des êtres humains suivies par les associations en France en 2016

 

Témoignages d’Anne et Mélanie, deux survivantes de la traite

Pour illustrer les diverses formes que peut prendre la traite à des fins d’exploitation sexuelle en France, nous souhaitons partager avec vous les témoignages d’Anne et Mélanie, deux victimes de proxénétisme suivies par notre association.

Anne, comme beaucoup d’autres femmes Nigérianes, a été contrainte à la prostitution dès son arrivée en France et menacée de mort par ses proxénètes. Ecoutez son témoignage ici.

Mélanie, une jeune femme Malienne, a été amenée dans une chambre d’hôtel dès son arrivée en France, par l’homme qui l’a accueillie à l’aéroport, elle y a été enfermée et obligée à se prostituer. Lisez son témoignage ici.

Tout comme Anne et Mélanie, de nombreuses personnes ont pu fuir leur exploiteur et se reconstruire, avec l’aide apportée par les associations qui luttent contre l’exploitation des être humains, telles que les EACP. Cependant, beaucoup d’hommes et de femmes continuent à se faire exploiter chaque jour en France, en particulier les communautés les plus vulnérables, telles que les personnes en situation d’irrégularité. Ainsi, il est important d’apporter de la visibilité à cette réalité, encore trop méconnue.

Si vous connaissez une personne victime de la traite, ou si vous êtes vous même victime, n’hésitez pas à nous contacter:

À propos de l’auteur

Léa administrator

Laisser un commentaire